Née en 1958 à Schweinfurt en Allemagne, Ulrike Vidalain est diplômée en Pédagogie Sociale; Art en Thérapie et Psychopédagogie et accompagnement de personnes en deuil.
 
Elle partage son temps de travail entre trois activités:
la création artistique, la formation artistique et professionelle et la thérapie à médiation artistique.
 
Son oeuvre se nourrit de son expérience personnelle et s’exprime d’une manière autobiographique.
Depuis vingt ans elle poursuit une recherche plastique concernant le lien, les liens.
 
Ulrike Vidalain exprime à travers des poèmes visuels son cheminement introspectif, méditatif et émotionnel. Elle fait souvent appel à des images symboles, des thèmes récurrents qui parlent à tout le monde : comme la vie, la mort, lien invisible et pourtant palpable entre toutes choses.
 
Elle expose depuis les années 1990 en France et à l’étranger, et vit une partie de l'année aux portes de la Normandie à Vernon et l'autre partie dans le sud de la France en Ardèche méridionale.
« Ulrike Vidalain crée comme elle pense, en levant les barrières entre techniques et disciplines, en croisant les références et les matériaux. Résolument moderne sa pratique artistique reste profondément ancrée dans la tradition par les interrogations qu’elle soulève et les références culturelles qu’elle mobilise.»
 
Déborah Copel, conservatrice du Musée de Vernon pour l’exposition
« Cadavres exquis-continuum », 2009
 
 
"[...] Son travail s’inscrit dans une thématique de la « résilience » - terme qui en physique mesure la résistance au choc, et peut s’entendre ici au propre comme au figuré - et de l’intervention artistique comme acte de réparation.
C’est ainsi qu’elle magnifie des branches plus ou moins importantes d’essences diverses, redressées, et marquées d’entailles profondes, de biffures, de surfaces et de motifs soulignés de noir (peintre, Ulrike Vidalain pratique aussi la gravure), ou que, à l’occasion d’un symposium à Beyrouth, elle choisit d’intervenir sur un eucalyptus en partie calciné par un obus.
Elle s’intéresse encore aux « inscriptions » laissées sur le bois par les xylophages, qu’elle rapproche des fausses écritures cryptées qu’elle-même réalise, par exemple pour un Jardin secret, sorte de reliquaire profane construit autour de la forme froissée, couleur d’or, d’une couverture de survie, objet symbolique s’il en est.
Dénudées, lissées et poncées, les branches qui constituent l’armature des Ailes de… proviennent d’un grand thuya abattu par la tempête. Elles sont ensuite assemblées, dans le respect de leurs courbes naturelles, par des bandes de gaze, en quelque sorte pansées, et reliées par un réseau de fils (« le lien » : encore un mot déterminant pour l’artiste qui associe liaison et pulsion de vie). Sur cette trame s’élabore une dentelle de gouttelettes de colle et d’éléments végétaux qu’elle a recueillis, se définissant volontiers comme une « glaneuse ». Les feuilles, décolorées par un bain de soude, y apparaissent aussi blanches que les monnaies du pape.
D’une apparente fragilité, mais résistantes au vent, les Ailes de… sont réunies sous les feuillages en une flottille immatérielle où vient jouer la lumière tamisée.
'Faire du léger avec du lourd, dit Ulrike Vidalain, du transparent avec de l’opaque, bref réunir les contraires et tenter de faire revivre ce qui est mort'."
 
Colette Garraud, historienne d’art pour l’exposition
« Plantations », Abbaye de Jumièges 2003

 

 

 

 

Filiation magnifique 


Prendre de l’élan pour une nouvelle année consiste à aller chercher de l’énergie, à prendre du recul, à relire le passé sans peur, à protéger les liens fragiles qui nous unissent aux êtres chers.

Ce condensé ressourçant, vous le trouverez dans l’exposition « Résonances 3+1 » proposé par le service culture de La Celle Saint Cloud (78) entre le 17 janvier et le 16 février.
Elle rassemble le travail de 4 femmes, mère et filles, chacune dans leur trajectoire et cependant invisiblement dépendante les unes des autres.

J’ai le grand bonheur de collaborer régulièrement avec Ulrike Vidalain, la mère, dans le cadre de l’activité de la galerie 2.13pm. Depuis 15 ans, les visiteurs ont ainsi pu découvrir sa grande sensibilité, exprimée à travers une grande diversité de pratiques : peinture, sculpture, dessin, installation. Sur la toile, le bois, le papier, les voiles, les branchages, les écorces, Ulrike Vidalain fait passer un souffle. Elle anime les matières, sait les faire frémir. En compagnie de ses 3 filles, dont l’une d’elle disparue de ce monde, elle tisse et retisse les fils de la vie, les renoue, les démêle, les cache un peu parfois et les magnifie toujours.


Dans cette exposition, chacune trouve sa place, à travers des modes d’expression très différents. Pamina Vidalain revit à travers ses pièces de design textile et ses créations de bijoux, Mélodie Vidalain nous présente ses photographies, Constance Vidalain ses broderies sur sérigraphie.


D’une richesse étonnante, « Résonances 3+1 » est un hymne magnifique à la filiation.


Frédérique Paumier-Moch

Galerie 2.13pm 

Atelier – Site du halage

8 Avenue de l’Île de France

27200 Vernon

ulrike.vidalain@gmail.com